Plan de l'exposition
Photos de l'exposition

La faim des dinosaures

Exposition au Palais de la découverte

Prolongation jusqu'au 1er septembre 2010

 

 

 

Une exposition à faire frissonner de plaisir les petits et les grands. Une mise en scène à couper le souffle, un décor spectaculaire peuplé de dinosaures animés à taille réelle !

Les dinosaures font leur grand retour au Palais de la découverte. Il s’agit cette fois-ci d’endosser le rôle du paléontologue et de comprendre les habitudes alimentaires de ces animaux étranges. Les dinosaures « végétariens » mangeaient des plantes, mais en l’absence d’herbe à cette époque, de quels végétaux se nourissaient-ils ? L’observation de modèles animés très réalistes, des reconstitutions grandeur nature de squelettes, la reproduction d’un chantier de fouilles et le travail de dégagement d’ossements de dinosaures en direct viennent compléter l’enquête à mener.

De nombreuses espèces sont présentées et étudiées, du brachiosaure à l’edmontausaure sans oublier le tyrannosaure, le vélociraptor… Le comportement alimentaire de l’Oviraptor est notamment mis en avant. Il est le seul dinosaure dont on ne connait pas les préférences. Tout au long de l’exposition, les indices successifs et parfois contradictoires permettent à chacun d’élaborer sa propre opinion.

Ils fascinent petits et grands, plus vrais que nature, rugissants, animés, les dinosaures font leur grand retour au Palais de la découverte avec l’exposition « La faim des dinosaures » qui propose, sur un parcours de 800m2 une recherche active d’indices pour découvrir comment ces géants se nourrissaient.
Dans un décor d’environnements contemporains de ces dinosaures, le visiteur endosse la panoplie du paléontologue, analyse, teste, fouille, manipule fossiles, mâchoires, dents mais aussi crottes de dinosaures reconstituées et autres indices pour comprendre comment les chercheurs découvrent, petit à petit, ce que mangeaient réellement ces carnivores et végétariens d'un autre âge.
La scénographie de l'exposition est orchestrée autour de différents paysages reconstitués où évoluaient les dinosaures il y a plus de 200 millions d'années mais aussi autour de différents types de dinosaures animés dont les "gueules" et les corps permettent aux visiteurs de participer aux recherches des paléontologues.
Aux détours d'un véritable labyrinthe, le visiteur est confronté dans un premier temps à des têtes animées de brachiosaure, d'edmontosaure et de tyrannosaure : 3 espèces de dinosaures, des végétariens et une carnivore pour comprendre comment analyser les vestiges et informations laissés par leur fabuleuse histoire.

Dans cet espace, un premier atelier virtuel de fouilles permet, à l'aide d'écrans tactiles, de choisir les outils adaptés à cette recherche, de sélectionner les indices utiles...
Un atelier mené par un médiateur scientifique du Palais de la découverte permet également de comprendre le travail mené par le paléontologue, de voir comment s'opère les fouilles, comment l'on dégage un fossile que rien souvent ne laissait soupçonner au départ.

Viennent ensuite 5 scènes où l'on découvre d'autres espèces de dinosaures évoluant dans leur environnement naturel reconstitué :
- le petit Iguanodon,
- l'Euoplocéphalus dont le public pourra analyser... les crottes afin de découvrir comment se nourrissait cet énorme dinosaure !
- Le Coelophysys qui dévoile le contenu de son estomac pour nous faire part de ses préférences alimentaires !
- le gigantesque baryonyx qui attrape et mange des poissons,
- Le Vélociraptor dévorant des carcasses et l'Oviraptor pour lequel subsistent encore de nombreuses questions sur son alimentation.

Dans des paysages surprenants où l'herbe n'existait pas encore, avec des manipulations pour tester la force des mâchoires de dinosaures, des loupes pour analyser le contenu de l'estomac, des crânes reconstitués, des ateliers de fouille, l’exposition la Faim des dinosaures regorge de découvertes, à vivre et à expérimenter en famille !

En parallèle de cette exposition, des exposés spécifiques, consacrés aux dinosaures et menés par des médiateurs scientifiques du Palais de la decouverte, permettront, à ceux qui le souhaitent, d'approfondir leur connaissance sur ce sujet passionnant.

En alliant mise en scène spectaculaire et présentation didactique sur la recherche paléontologique actuelle, le Palais de la découverte réussit, une nouvelle fois, son pari d’ouverture à la démarche scientifique par la curiosité et le ludique.

Site dédié à l'exposition

Le temps des dinosaures

Exposition à Paris expo, Porte de Versailles

du 15 mai 2010 au 31 juillet 2010

Site dédié à l'exposition

Sur plus de 6 000 m2, 51 dinosaures grandeur nature révèlent les mystères de ces incroyables vertébrés qui ont régné sur la terre pendant des millions d’années. 65 millions d’années après leur disparition, ces géants de l’ère Mésozoïque renaissent sous les yeux des visiteurs. Une exposition ludique, didactique et accessible à tous !

La scénographie de l’exposition permet d’observer de façon chronologique 31 espèces de dinosaures mis en scène dans leur habitat naturel et de découvrir leurs comportements et leurs mouvements, et même de les entendre grâce à un système robotique de pointe. 

Dans chacune des 13 scènes qui présentent les différentes espèces de dinosaures, des légendes explicatives permettent aux visiteurs de connaître les habitudes alimentaires et l’évolution des dinosaures et de la végétation au cours de l’ère mésozoïque.

A l’issue de la visite, un espace interactif propose différentes activités aux jeunes fans des dinosaures : un film en 3D embarque le public à bord d’un vaisseau spatial pour un voyage dans le temps permettant de mieux comprendre l’origine des dinosaures et les différentes théories sur leur soudaine extinction.  Une zone de fouille permet aux paléontologues en herbe d’expérimenter les techniques réellement utilisées pour découvrir des fossiles.

Les enfants peuvent également monter sur le dos des dinosaures, jouer avec eux et repartir avec des photos de cette inoubliable expérience, tandis qu’un atelier de dessin leur permet de reproduire les animaux qu’ils ont observés durant la visite de l’exposition.

JEAN LE LOEUFF a apporté son concours à l'exposition.

L'exposition "Dans l'ombre des dinosaures", à la Grande Galerie de l'Evolution à Paris, présente à partir de mercredi une histoire du règne animal dominé par ces reptiles géants jusqu'à leur déclin au profit des mammifères.

Accueilli par une horloge à remonter le temps, le regard du visiteur tombe d'abord sur quelques squelettes spectaculaires mais familiers d'Albertosaurus et de Carnotaurus, deux carnivores de 9 et 7,5 mètres de long.

Plus originaux sont les restes d'Unenlagia et de Bambiraptor, petits carnivores à plumes qui ont donné de précieux indices sur la parenté entre dinosaures et oiseaux.

"Les oiseaux sont des dinosaures de la même façon que les hommes sont des mammifères. Quand j'explique ça à des enfants, ça ne leur pose pas de problème" mais les adultes ont souvent du mal à se faire à cette idée, souligne Ronan Allain, spécialiste des dinosaures au Muséum national d'histoire naturelle.

Sept squelettes plus ou moins reconstitués de dinosaures sont présentés, mais le but de l'exposition est de montrer qu'ils n'étaient pas seuls. Les mammifères sont apparus en même temps qu'eux, il y a 220 millions d'années.

Les plus anciens animaux à poils et qui ne pondent pas d'oeufs ne sont connus que grâce à des fragments de dents ou à de rares fossiles.

"Les premiers ancêtres des marsupiaux et ceux des placentaires sont à peu près contemporains et viennent du même gisement, le Liaoning en Chine", détaille Emmanuel Gheerbrant, paléontologue spécialiste des mammifères au Muséum.

Parmi eux se trouve Eomaia, le plus ancien mammifère placentaire connu, vieux de 125 millions d'années, dont le fossile est d'une finesse stupéfiante. "Même les parties meubles sont préservées: on voit l'empreinte des poils et de la peau. C'est un spécimen unique au monde", souligne M. Gheerbrant.

Confinés durant plus de 150 millions d'années à des niches écologiques restreintes de petites espèces fouisseuses, sauteuses et grimpeuses, les mammifères vont prospérer et se diversifier après la grande crise d'extinction du tournant Crétacé-Tertiaire, il y a quelque 65 millions d'années.

Chute d'une météorite géante, activité volcanique intense ont chargé l'atmosphère en particules et provoqué une baisse de la température fatale à la plupart des dinosaures: un film panoramique de 6 minutes retrace ce scénario hypothétique.

La troisième partie de l'exposition est consacrée à l'essor des mammifères après cette crise, sans oublier les insectes, poissons et les dinosaures aviens, ancêtres des oiseaux, qui ont survécu aux bouleversements climatiques.

Des changements qui s'étalent quand même sur quelques millions d'années, permettant à de nombreux animaux et plantes de s'adapter.

Les espèces de mammifères sont classées en fonction de leur spécialisation adaptative: les chevaux faits pour courir, les chauve-souris sachant voler ou les singes qui grimpent aux arbres. Comme Notharctus, un des premiers représentants des primates, vieux de 50 millions d'années.

A la fin du parcours, une installation artistique évoque le temps court d'Homo sapiens, apparu il y a 200.000 ans à peine, comparé aux temps longs de l'évolution des espèces et des ères géologiques.

Dans l'ombre des dinosaures

Exposition à la Grande galerie de l'Evolution

du 14 avril 2010 au 13 juin 2011

Site dédié à l'exposition
Retrouvez les expos temporaires 2010 fermées
compteur de visite au format image