D'après les ossements mis à jour, les scientifiques estiment que Tazoudasaurus était un quadrupède de 9 mètres de long et de 4 à 5 tonnes. Selon Philippe Taquet, les ossements crâniens découverts, notamment une mandibule portant 17 dents, sont les plus anciens connus d'un Sauropode.
Tazoudasaurus devrait donc apporter des informations capitales dans l'étude de l'évolution des Sauropodes, à une époque où l'océan Atlantique ne s'était pas encore ouvert.
 
 
 





 
Copyright MNHN Philippe richir
album2396006.gif
Ce Sauropode remontant à 180 millions d'années environ a été découvert en 2003 par une équipe de scientifiques marocains, français, suisses et américains et décrit en 2004.
Les premiers ossements ont fait leur apparition en 1998 lorsqu'un des habitants de Tazouda les avait ramassés en se promenant sur les pentes qui dominent son village. Le découvreur finit par remettre ses trouvailles entre les mains de la gendarmerie royale. Depuis 2000, plusieurs campagnes se sont ainsi succédé et environ 400 os sont sortis de terre.

 
Tazoudasaurus est le sauropode primitif le plus complet connu à ce jour.

Le squelette du Tazoudasaurus gisait sur le flanc droit, au sein d'une lentille, poche argilo-gréseuse trouant une couche de cailloutis. Pour comprendre comment il est arrivé là, il faut retourner 180 millions d'années en arrière et écouter le géologue suisse Michel Monbaron, vice-recteur de l'université de Fribourg et spécialiste de cette partie du Maroc : "A l'époque, l'Atlas n'existait pas et nous nous trouvions dans une plaine d'inondation où les rivières, descendant de montagnes situées dans l'arrière-pays, apportaient, suivant leur énergie, tantôt des cailloux, tantôt du sable, tantôt des particules plus fines encore." Il faut donc imaginer une zone basse, humide, verdoyante où, comme l'ont montré les analyses de paléobotanique, poussait, non pas de l'herbe et des fleurs qui n'existaient pas encore, mais une végétation coriace faite de fougères, d'araucarias et de conifères. Et, un jour, peut-être à la suite d'un violent orage, une coulée de boue subite emporta dans un chenal un troupeau de sauropodes qui paissaient là ainsi qu'un prédateur, puisqu'on a aussi retrouvé les dents crénelées et pointues caractéristiques d'un carnivore, un morceau de son métatarsien et de son humérus.
 
Son cou était flexible et composé de longues vertèbres tandis que ses vertèbres dorsales et caudales étaient plus rigides.
 
Ce sauropode est étroitement lié à Vulcanodon, ne différant que par les caractéristiques des vertèbres caudales. 

Tazoudasaurus, se caractérise par des traits assez primitifs ressemblant à ceux des prosauropodes, tels qu'une mandibule en forme de spatule.
Éléments de l’holotype de Tazoudasaurus naimi :
(a, b) Mandibule gauche en vues médiale (a) et latérale (b) ;
(c, d) carré droit en vues postérieure (c) et latérale (d) ;
(e, f) dents en vues latérale (e) et médiale (f) ;
(g) vertèbres dorsales en vue latérale gauche ;
(h) pubis droit en vue antérieure ;
(i, j) astragale droit en vues ventrale (i) et postérodorsale (j) ;
(k) postorbitaire gauche en vue latérale ;
(l) chevron distal en vue ventrale ;
(m) phalange unguéale du doigt II du pied en vue dorsale ;
(n) métatarsien II gauche en vue dorsale.

Barres d’échelle : 10 cm (g, h) ; 4 cm (a, b, i, j, l, n) ; 3 cm (c, d, k) et 1 cm (e, f).

a, angulaire ; ar, articulaire ; asp, processus ascendant ; d, dentaire ; emf, fenêtre mandibulaire externe ; pra, préarticulaire ;
sa, surangulaire.
Jurassique supérieur (180 M d'années)
 
Ordre : Saurischiens
Sous-ordre : Sauropodomorphes
Superfamille : Sauropodes
Famille : Vulcanodontidés
Genre : Tazoudasaurus
 
Longueur : 9 mètres
Hauteur : Non renseigné
Poids : 4 à 5 tonnes
mini_puces25.gif album2396004.gif uk.gif album2396003.gif france.gif album2396002.gif
2004
Fiche mise
à jour le
19/11/2011
compteur de visite au format image
red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686183.0212animation3_250.gif red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686359.1489animation3_250.gif album2396001.jpg