La localité de Nemegt, dans la province (aïmag) d'Ömnögovi, au sud de la Mongolie est celle choisie en tant que localité type de la formation de Nemegt. Pour autant, cette formation est visible dans différentes parties du Govi-Altay, du Trans-Alay, et, à l'est du désert de Gobi ; d'Altan Ula, Khermeen-Tsav, Nogon-Tsav, Bogin-Tsav, Gurlin-Tsav et Tsagan Khushu.

La formation de Nemegt englobe en partie la formation de Barun Goyot, sur l'aïmag d'Ömnögovi, cependant qu'un hiatus d'érosion le sépare d'une strate sélandienne, d'environ 60 millions d'années (donc postérieure à la crise K/T).

Du fait qu'aucune donnée radiométrique ne soit disponible pour cette région, l'âge absolu de la formation de Nemegt ne peut être déterminé clairement ; son âge absolu restant débattu à ce jour. Les estimations les plus récentes, datant des années 1990, évoquent une extension du Campanien supérieur au Maastrichtien inférieur (environ 74 à 70 millions d'années avant notre ère), le Maastrichtien inférieur seul (environ 70 à 68 millions d'années) voire moyen seul (environ 68 à 67 millions d'annnées).

L'épaisseur totale de la formation de Nemegt est estimée à environ quatre cents mètres. C'est une formation verticalement et latéralement variable, dominée par des pierres sableuses pauvrement cimentées, allant du gris sombre au jaune, voire au rouge, plus rarement. Une présence intermédiaire de pierres sableuses correctement cimentées, voire de couches boueuses et de gravats, est attestée, mais peu commune. Entre deux et neuf mètres de profondeur, des séquences de silice, dont il est considéré qu'elles furent déposées sur des plaines alluviales par différents cours d'eau, se distinguent sur l'ensemble de cette formation. Le milieu local semble avoir été, au Crétacé supérieur, partiellement forestier.

Dans les dépôts des chenaux de la formation de Nemegt, le bois fossilisé d’araucariacés, les gastéropodes et les bivalves sont communs. Sur les faciès recouvrant des berges, peuvent être décélées des algues charophytes (Oogonia (une "algue verte"). Les crustacés ostracodes, dont la carapace est constituée de deux valves distinctes, abondent. Les vertébrés aquatiques et amphibies sont connus par le biais de vertèbres de poissons non identifiés, ainsi que des restes osseaux de chéloniens. Quelques oiseaux sont connus sur ce site, trois genres distincts en tout : le gurilynia, (un énantiornithine connu par une ceinture scapulaire et des membres antérieurs), le judinornis (un hespérornithine, dont on ne connaît qu'une vertèbre unique), et le teviornis (un ansériforme). Les crocodiliens semblent très rares.

L’absence de micro-vertébrés terrestres, tels que les mammifères (à l'exception du buginbaatar, un multituberculé), et les reptiles autarchoglosses, est frappante, tandis que les méga-vertébrés, représentés par des dinosaures parfois de taille conséquente, sont communs et bien diversifiés. Les restes de dinosaures se trouvent localement avant tout dans les sédiments chenaliers. L’articulation complète de nombreux squelettes de dinosaures suggère la récurrence locale de tempête de sables, entraînant de fortes concentrations instantanée de spécimens morts sur place, et préservés dans de bonnes conditions de sédimentation. Certains spécimens sont de taille très conséquente, attestant d'une méga-faune de prédateurs géants (le théropode Tarbosaurus) ayant comme proie de grands herbivores, parmi lesquels les derniers sauropodes connus, notamment le genre Nemegtosaurus, lequel tire son nom de cette formation géologique.

L’assemblage de dinosaures trouvés dans la formation de Nemegt comprend aussi bien des espèces herbivores que carnivores : théropodes, sauropodes, hadrosauroiïdes, pachycéphalosauriens et ankylosauriens. Un caractère distinctif de cette faune est l’inhabituellement haute diversité de théropodes ; une vintaine de genres monospécifiques appartenant à au moins six familles différentes : l'adasaure, l'alioramus, l'ansérimime, l'avimime et un autre avimimidé indéterminé, le baragaatan, le borogovia, le conchoraptor, le deinocheirus, l'elmisaure, le gallimime, l'ingénia, le mononykus, le nemegtomaïa, le nomingia, l'oviraptor, le tarbosaure, le thérizinosaure, le tochisaure et le zanabazar. Parmi ces théropodes, le tarbosaure, un carnassier géant proche du tyrannosaure américain, et le gallimime, un dinosaure omnivore et coureur, du groupe des ornithomimosauriens (les "reptile mimant l'autruche"), sont représentés chacun par plus d'une dizaine de spécimens. La plupart des autres espèces restent toutefois connus seulement par des spécimens uniques. Parmi les différents théropodes connus de la formation de Nemegt, le deinocheirus est parmi les plus surprenants ; de lui n'est connue qu'une immense paire de bras, chacun long de deux mètres soixante, faisant de lui une véritable énigme de la paléontologie (le reste de son corps n'est pas connu, bien qu'une parenté semble envisageable avec les ségnosauriens). L'oviraptor, attesté dans les couches de Nemegt, est le genre-type des oviraptorosauriens, un groupe de petits théropodes dont il fut longtemps supposé, abusivement, qu'ils se nourrissaient avant tout d'oeufs de dinosaures (d'où leur nom de "voleurs d'oeufs").

Les genres herbivores de dinosaures retrouvés à ce jour dans les couches de la formation de Nemegt comprennent une forte concentration de pachycéphalosauriens surtout connus par leurs crânes, comme il est d'usage pour ce groupe, comme le barsboldia, le prénocéphale et le pachycéphalosaure lui-même (genre-type), des sauropodes comme le nemegtosaure et l'opitshocélicaudie, un ankylosaurien de petite taille, le tarchia, et le saurolophe, un hadrosauroïde, aussi commun que le tarbosaure, qui fut probablement son principal prédateur. Les néocératopsiens sont rares, quoique leurs représentants les plus anciens — les protocératopsidés — se trouvent dans les formations plus anciennes du Barun Goyot et Djadokhta, et que des protocératopsidés soient décelables sur la formation de Nemegt par leurs oeufs. Comparativement, les néocératopsiens les plus avancés (cératopsidés) sont communs dans les couches contemporaines du Maastrichtien d'Amérique du Nord, avec certains genres remarquables et bien décrits, comme le tricératops.

Il y a assez peu d'oeufs complets de dinosaures sur cette formation et peu d'oeufs en général. Certains coquilles indistinctes ont ultérieurement été identifiées comme étant celles d'oeufs de dinosaures. Sur place, on trouve des oeufs élongatoolithidés et les coquilles lisses de protocératopsidés, notamment.






En rouge, la province mongole d'Ömnögovi, où se situe la formation de Nemegt, au sud du pays.
La Formation de Nemegt, aussi appelée "vallée de Nemegt", ou, plus trivialement "vallée des dragons", connue par le passé comme étant les "lits inférieurs de Nemegt" est une formation géologique mongole associant en son sein les plus récents sédiments crétacés qui soient connus dans le bassin de Gobi. Cette unité rocheuse fut découverte en 1948, conséquemment à une expédition paléontologique de l'Académie des sciences d'Union soviétique, et mentionnée à l'époque sous les appellations de "dépôts subaqueux deltaïques" et "série fossilifère de Nemegt".

C'est l'un des plus importants sites de fossiles au monde, d'une richesse très précieuse quant à l'étude de certains groupes animaux, notamment les lignées les plus tardives de dinosaures (la formation est contemporaine, à environ trois millions d'années près, de leur extinction). Il est étudié depuis les années 1920, à la faveur d'expéditions paléontologiques pionnières où se sont succédé scientifiques américains puis, après la Deuxième guerre mondiale, polono-soviétiques. Première de ces expéditions, celle conduite par l'Américain Roy Chapman Andrews, pour le compte du magazine National Geographic, entraîne dans cette couche et dans celles voisines (notamment la formation de Barun Goyot à la description de nombreuses espèces jamais connues auparavant (Velociraptor, Oviraptor, Protoceratops...).

La formation de Nemegt a inspiré les noms de différents dinosaures, dont il sont devenus les emblèmes : la famille des nemegtosauridés et son genre-type, le nemegtosaure (Nemegt sauros, le "lézard de Nemegt"), un sauropode titanosaurien décrit par le paléontologue polonais Alexander Nowinski, en 1971, ainsi que le nemegtomaïa (Nemegt maia, la "mère de Nemegt"), un théropode oviraptorosaurien décrit par Azuma, Dong, Lee, Lü et Tomida, en 2004. L'ostracode Nemegtia, un micro-invertébré, tire également son nom de la formation de Nemegt.
Dinosaures découverts dans la Formation de Nemegt :

Adasaurus
Alioramus
Anserimimus
Avimimus
Barsboldia
Borogovia
Deinocheirus
Elmisaurus
Gallimimus
Homalocephale
Mononykus
Nomingia
Saurolophus
Saurornithoides
Tarbosaurus
Therizinosaurus
red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686183.0212animation3_250.gif red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686359.1489animation3_250.gif