Vincent Courtillot, membre de l'académie des sciences a tenu une conférence le 17 janvier 2006 , dont voici le résumé ainsi que la vidéo.
 
Résumé :

La disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années - L’éruption du Laki en Islande en 1783 - Le réchauffement global et le changement climatique : quel rapport entre ces événements? À quoi sont dues les grandes extinctions "en masse" ? Si l’impact d’astéroïde de la limite Crétacé-Tertiaire est confirmé, aucun élément irréfutable ne soutient l’existence d’autres impacts aux autres limites. En revanche, une période d’éruptions volcaniques exceptionnelles (traps) a été identifiée au moment des quatre dernières grandes extinctions. Mais une éruption basaltique est-elle capable de causer une pollution globale ? L’éruption du Laki (minuscule au regard d’une éruption de trap) fournit la "brique de base" du processus : elle a modifié de façon durable le climat et causé des dégâts considérables à la biosphère. Le coupable : les aérosols sulfatés. L’altitude stratosphérique atteinte par ces aérosols fait tomber le dernier argument des opposants au scénario volcanique des extinctions. En termes d’émission de gaz sulfureux dans l’atmosphère, les rejets annuels de l’Homme "équivalent" à peu près à un millième d’impact ou de coulée de trap et à moins du cent-millième d’un trap dans son ensemble. Les meilleurs tests de certains calculs complexes des spécialistes de l’atmosphère engagés dans l’étude du climat sont sans doute inscrits dans les roches terrestres.

 

De fortes concentrations d'iridium dans des couches de laves ont été découvertes en Inde.

On a en effet constaté qu'aux environs de la fin du Crétacé d'énormes éruptions volcaniques se produisirent sur une période estimée à
500 000 années, dans la région du Dekkan.


























Des couches de lave gigantesques ont en effet été retrouvées dans cette région (Trapps du Deccan) : il peut y avoir jusqu'à 2400 mètres d'épaisseur de basalte, et la surface actuellement couverte dépasse les 500 000 km2 (à partir d'une surface originelle sans doute supérieure à 1 500 000 km2).

Les simulations informatiques sur les effets de ces éruptions indiquent que les quantités de poussières, de cendres et de gaz carbonique (CO2) rejetées auraient pu avoir un effet climatique très perturbant pour les écosystèmes.

Néanmoins, comme pour toute simulation, il reste d'importantes incertitudes sur les effets environnementaux exacts de ce phénomène.

Epaisses de plusieurs kilomètres, et datant d'environ 65 millions d'années, ces couches sont en tout cas les témoins d'une activité volcanique très intense, qui serait la cause, selon certains scientifiques, tels que Gerta Keller et le géologue français Vincent Courtillot, de l'obscurissement de la Terre, et donc de l'extinction des dinosaures et de nombreuses autres espèces.
album2089001.gif france.gif qactu_img_zoom.jpg
Les trapps du Deccan se sont mis en place au nord-ouest de la partie péninsulaire de l'Inde, sur une partie du vieux socle précambrien indien constitué de granites et de gneiss. Le Deccan est l'une des provinces basaltiques les plus étendues à la surface de la planète.
red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686183.0212animation3_250.gif red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686359.1489animation3_250.gif