Earl Douglass et son équipe,  à la recherche de fossiles pour le musée Carnegie de Pittsburg, ont récupéré dans cette région un grand nombre de squelettes complets dont beaucoup ont été transportés dans des chariots tirés par des chevaux. Il y a découvert son premier dinosaure en 1909 et a passé 15 ans à fouiller la région.

D'un flanc rocheux surplombant de 65 mètres la rivière Green River, Earl Douglass et son équipe ont ainsi dégagé os par os les restes de plusieurs dinosaures.

 

Ce site a en effet fourni des squelettes de carnivores comme Allosaurus et Ceratosaurus et de sauropodes.

 

Ainsi, vers la fin du Jurassique, des troupeaux d'Apatosaurus, de Diplodocus, de Camarasaurus et de Barosaurus parcouraient ce site, comme l'ensemble de l'Ouest des Etats-Unis, où ils trouvaient des rivières pour se désaltérer.

 

On a aussi retrouvé des squelettes d’ornithopodes tels que Camptosaurus et Dryosaurus, ainsi que Stegosaurus.

Depuis, les archéologues ont dégagé de la carrière plus de 300 squelette : beaucoup étaient assez complets pour être exposés dans un musée, mais l'administration des parcs a volontairement laissé près de 2000 ossements dans la falaise de grès.

Terrestres, aquatiques ou aériens, la collection de Dinosaur National Monument représente presque tous ceux qui ont vécu au cours d'une période de sept millions d'années : brontosaures, diplodocus, allosaures, stégosaures, camarasaures, barosaures, ornitholestes, ceratosaures... Certains, d'ailleurs, s'ils ne hantent plus la région, n'ont pas disparu : il y a aussi dans le grès des os de crocodiles et de tortues...

La falaise aux fossiles est à flanc de coteau : il n'y a pas de place pour un parking et on y accède, en quelques minutes, grâce à une navette conduite par un ranger.

Excavée, grattée, nettoyée, la falaise est protégée des intempéries par un bâtiment, une sorte de hangar où sont exposés quelques squelettes reconstitués. Les fossiles, imbriqués les uns dans les autres, sont en quantité impressionnante. Celui-ci, créé en 1915 autour des dinosaures, fut agrandi en 1938 pour sauvegarder la beauté sauvage de cette région déserte : à cheval sur l'Utah et le Colorado, il s'étend sur 840 kilomètres carrés. Il englobe les canyons de Lodore, de Whirlpool et de Split Mountain, où coule la Green River.

Canyon Green River (Dinosaur National Monument).
album2066001.gif
Les bad-lands (terrains argileux) de l'Ouest américain se sont révélés être une source intarissable de fossiles de dinosaures. Ce parc, situé à Jensen, dans l’Utah, contient une carrière couverte où les visiteurs peuvent découvrir des os de dinosaures encastrés dans des couches rocheuses datant du Jurassique supérieur.
Le canyon Green River, qui traverse le nord de l'Utah et le Colorado, est l'un des sites les plus riches en fossiles de dinosaures. On l'appelle le Dinosaur National Monument et ses pentes abruptes ont fourni plus de 5000 os de dinosaures.

Il y a environ 150 millions d'années, les cadavres de dinosaures, entraînés par une puissante rivière, s'amoncelèrent sur un banc de sable. Certains squelettes restèrent ordonnés. D'autres furent dispersés par le courant et les charognards de l'époque. Le sable s'accumula puis fut lui-même, au cours du temps, recouvert d'épaisses couches de sédiments. Devenu grès, il emprisonna les os dans une gangue protectrice où, fossilisés, ils furent maintenus dans leur position au sein du banc de sable.

La surrection des Montagnes Rocheuses, plusieurs dizaines de millions d'années plus tard, redressa les couches. Encore soixante-dix ou quatre vingt millions d'années, et l'érosion mettait au jour le haut des strates.

Espèces découvertes au Dinosaur National Monument (PDF)
red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686183.0212animation3_250.gif red5np9icgnnst3jlb53t7kbsb0h5_1369686359.1489animation3_250.gif